En passant #2

Des fraises vendues 50 dollars les 8, ça existe. Il s’agit d’une variété japonaise qu’un ingénieux est parvenu à faire pousser dans une ferme verticale à… New-York. On se les arrache et l’ingénieur veut maintenant changer d’échelle pour damer le pion à la fraise de… Californie. https://time.com/5752546/omakase-strawberry/

Le marché des protéines végétales, permettant de s’affranchir de celles d’origine animale, pourrait atteindre près de 15 milliards de dollars d’ici 2025 tandis que  celui des aliments végétaux pourrait atteindre, lui, un chiffre d’affaires de 400 à 500 milliards de dollars en 2040.

Trop d’étiquettes tue l’étiquetage

Vous avez tous entendu parler du Nutriscore, cet étiquetage qui vous permet de voir en un coup d’oeil si le produit que vous allez acheter peut présenter un risque pour votre santé. Et bien sachez que la région Occitanie a demandé à l’Union européenne que le dispositif ne s’applique pas aux produits du terroir, Porc noir de bigorre, Pélardon… Parce qu’ils se trouvent souvent dans les catégories les plus mal notée, D et E. Pourtant le gras c’est la vie, si l’on en abuse pas ! Notez en passant que de leurs côté les burgers végétaux vont afficher un nutriscore A ou B, tout en étant des aliments hypertransformés mais vous pouvez vous référer à la classification Nova pour connaître leur degré de transformation… Nous aurons aussi bientôt l’Écoscore des produits alimentaires, qui viendra sanctionner leur performance écologique, il nous faudra bientôt avoir en permanence une règle de trois dans la poche pour être vertueux…

Tiens, et si nous militions pour créer un PlaisirScore ?

Extensif ou intensif ?

Dans cet excellent article, en anglais vous pourrez vous familiariser avec deux concepts fortement opposés, le land sharing, qui consiste à intégrer l’agriculture dans le milieu naturel en favoriser la biodiversité donc en diminuant les rendements et en augmentant les surfaces cultivées pour compenser, et le land sparing, qui, au contraire préconise de concentrer les productions agricoles sur de petites surfaces très productives afin de laisser plus de place à la nature. Et vous savez quoi ? #spoiler, c’est pas si simple et ce n’est pas forcément bio, la meilleure solution étant toujours quelque part entre les deux et en plus elle change selon le contexte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *