Vous n’êtes pas raisonnables !

Enfin ! Voyons !

C’est à la fois excitant et désespérant de travailler dans l’alimentation ces jours-ci. Imaginez le bazar. La restauration fermée pour cause de virus, les cantines fermées pour cause d’école désertées… Il a fallu réinventer une partie des circuits de distribution pour les producteurs et commerçants du secteur. Ajoutez par là dessus l’injonction présidentielle à « consommer français » pour aider les producteurs désemparés, les interdictions de circuler, la trouille de sortir faire ses courses et vous créez un vaste bordel, il n’y a pas d’autres mots, qui s’est transformé en jungle en quelques semaines.

Je dis jungle car la demande est telle que c’est aussi du pain béni pour les opportunistes de tout poil. D’un côté une forte demande, de l’autre des produits qui cherchent des débouchés. Pour vous donner une idée, quand nous étions péniblement 35 au marché gare en début d’année nous voilà maintenant une bonne soixantaine… Curieux non ? 

Gaffe aux start-up qui surfent

Et dans ce fatras vous trouvez de tout. Des producteurs à la rue avec des produits sur les bras, des commerçants inconnus jusqu’ici dont on peine à déterminer le statut de leur entreprise, des producteurs qui spéculent… Il y a quelques jours, les courgettes étaient à 2,90 € le kilo prix grossiste, j’ai vu des tomates à 4,90 cette semaine, on me dit qu’à Perpignan le colis de Chou-fleur origine Espagne s’est vendu à 17 €…

De l’autre côté, vous avez aux pieds de vos immeubles ou de vos maisons des start-up qui surfent sur la demande pour creuser leur place au soleil. Avec un marketing subtil, ils arriveraient presque à vous faire croire que vous allez consommer local. Mais la logistique du dernier kilomètre n’a rien à voir avec le local, enfin, pas toujours !  

De qui se moque-t-on ? 

De vous.

Alors faites attention. Soyez attentifs, quand même. Souvenez-vous que ce n’est pas parce que c’est bien emballé et estampillé local que c’en est. Souvenez-vous qu’on ne produit pas d’avocats en France.

Ah, puisqu’on parle de local. Un tuyau. En France, depuis le début du confinement toutes les criées sont fermées. Donc si vous achetez du poisson…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *