Par ici les applis ! (Vous êtes sûrs ?)

C’est le nouveau truc à la mode, les applis.

Nos vies en sont farcies et voilà qu’elles s’immiscent aujourd’hui jusque dans nos assiettes. Bien sûr, vous avez entendu parler de Yuka, l’appli qui classe les aliments selon qu’ils sont bons ou pas, pour vous. Selon elle. Car c’est bien un algorithme qui est à l’œuvre qui brasse des dizaines d’informations sans que vous sachiez exactement lesquelles. Devenue virale, elle compte 11 millions d’utilisateurs, l’appli a contraint certaines enseignes à modifier la composition de leurs produits qui sortaient trop mal notés… Il y a aussi, ScanUp une appli développée en France qui vous renseigne sur le niveau de transformation du produit que vous allez consommer. Et vous propose de co-construire les produits dont vous rêvez.

Et puisqu’il n’y en a jamais assez dans notre société, la marque « C’est qui le patron » lance sa propre appli, « C’est quoi ce produit ? » à la fin de ce mois. Appli qui, pour se démarquer, jugera aussi de la performance environnementale des produits que vous voulez acheter, en gros elle scannera six critères prix, qualité, éthique, respect de l’environnement, origine, mais aussi les avis des consommateurs.

Bref, vous n’aurez plus le droit de pleurnicher parce que nous ne savez pas quoi acheter pour ne pas grossir, ne pas vous exposer à des substances indésirables, ne pas aggraver votre bilan carbone, ne pas aggraver le risque que vous avez de souffrir d’une maladie cardio-vasculaire, j’en passe et des meilleures. 

Si vraiment vous êtes convaincus de leur utilité, voici une sélection non exhaustive. Et là, avec Open Foods Facts, vous trouverez toutes les informations dont vous pouvez avoir besoin (et c’est gratuit)

Mais à bien y regarder, moi j’y vois d’autres choses.

En utilisant ces applications nous remettons à un programme informatique le soin de décider ce qui est bon pour nous, enfin, nous lui laissons le choix de flécher nos achats. Même si cela nous évite des prises de tête, qu’est ce qui nous garantit l’indépendance des algorithmes ? Ne râlons-nous pas déjà assez contre les GAFA et l’opacité de leurs moteurs pour nous laisser berner ainsi ? Et n’est-ce pas aussi un moyen de distraire notre attention d’un facteur pourtant important, le prix ? Ah oui enfin, n’oubliez pas que « si c’est gratuit, c’est vous le produit » (vous avez pensé à vos données ?).

À vos méninges, vous pouvez commenter. Et surtout ne passez pas trop de temps sur votre téléphone, cela nuit, aussi, à vos relations sociales !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *